La première ONG et œuvre de bienfaisance sur les requins au Canada¹.

L'Observatoire des requins du Saint-Laurent (ORS) a été officiellement fondé sous le nom de Groupe d'étude sur les élasmobranches et le requin du Groenland (GEERG) en 2003 après trois années d'exploration inédite dans l'océan Atlantique Nord, le fjord du Saguenay, et l'estuaire du Saint-Laurent. Ces expéditions novatrices ont donné lieu aux premières plongées en cage avec des requins pélagiques au Canada en 2000 et aux premières plongées avec des requins du Groenland nageant librement dans des conditions naturelles² en 2003. Aujourd'hui, les activités de recherche et de conservation de l'ORS ne se concentrent plus exclusivement sur le requin du Groenland, mais aussi sur les nombreuses espèces de requins et de raies qui habitent le golfe et l'estuaire du Saint-Laurent, le fjord du Saguenay, le Canada atlantique, et l'océan Arctique.

¹ L'ORS/GEERG n'est pas une initiative de science citoyenne ni un organisme environnemental.
² Observation non intrusive des requins sur plusieurs années (2003-2012) menée sans l'utilisation d'appât, de capture ou de contrainte physique. Rencontres initiées et terminées par les requins.
Requins du Saint-Laurent

« La peur et l'indifférence mordent plus profondément que tout requin. »

— Jeffrey Gallant, M.Sc., ORS | GEERG

Notre mission d’étudier les requins du Saint-Laurent, y compris le plus vieux vertébré du monde, le requin du Groenland, a débuté en 1999. Aidez-nous à en faire plus.

L'ORS | GEERG est une œuvre de bienfaisance enregistrée composée uniquement de bénévoles qui a besoin de l'aide financière d'entreprises et de citoyens pour mener ses opérations sur le terrain. Tous les dons reçus sont déductibles d'impôts au Canada (Numéro d'enregistrement de l'Agence du revenu du Canada : 834462913RR0001)

Faîtes un don

Les requins du Saint-Laurent

Au moins huit espèces de requin fréquentent le golfe et l'estuaire du Saint-Laurent, mais seuls le requin du Groenland et l'aiguillat noir y demeurent à l'année¹. La présence de ces requins n'est pas nouvelle ni inhabituelle. Les huit espèces fréquentent probablement le Saint-Laurent depuis la fin de la dernière période glaciaire, il y a environ 10 000 ans. Le Saint-Laurent abrite également au moins huit espèces de raie. De nouvelles espèces d'élasmobranches seront probablement signalées dans un proche avenir, car le Saint-Laurent continue de se réchauffer en raison des changements climatiques.

¹ Deux captures hivernales récentes de l'aiguillat commun (Squalus acanthias) dans le fjord du Saguenay remettent en question le statut de l'espèce en tant que résidente saisonnière (estivale).

Requin pèlerin

Cetorhinus maximus
12 m (40′)
Juin à septembre
Golfe : commun
Estuaire : commun

Fiche complète

Requin blanc

Carcharodon carcharias
7.1 m (23′)
Juillet à octobre
Golfe : rare
Estuaire : très rare

FICHE COMPLÈTE

Requin du Groenland

Somniosus microcephalus
7.3 m (24′)
Présent à l'année
Golfe : commun
Estuaire : commun

FICHE COMPLÈTE

Requin-renard commun

Alopias vulpinus
6,1 m (20')
Juillet à septembre
Golfe : très rare
Estuaire : aucun registre

Bientôt en ligne

Requin bleu

Prionace glauca
3.83 m (12.6′)
Juillet à septembre
Golfe : rare
Estuaire : très rare

Bientôt en ligne

Requin maraîche

Lamna nasus
3.6 m (12′)
Juin à octobre
Golfe : commun
Estuaire : commun

Bientôt en ligne

Aiguillat commun

Squalus acanthias
1.24 m (4′)
Juillet à septembre¹
Golfe : commun
Estuaire : rare

¹ Captures hivernales exceptionnelles dans le fjord du Saguenay.
Bientôt en ligne

Aiguillat noir

Centroscyllium fabricii
0.9 m (3′)
Présent à l'année
Golfe : commun
Estuaire : commun

Bientôt en ligne

Répartition des espèces

Les apparences peuvent être trompeuses… Bien que l'activité humaine ait eu un impact considérable sur leur nombre, les requins sont de plus en plus signalés dans l'ensemble du Saint-Laurent à tous les ans grâce en grande partie à l'avènement des téléphones intelligents et des réseaux sociaux. Malgré le nombre croissant d'observations, la plupart des espèces¹ sont néanmoins en déclin en raison de la surpêche et des prises accessoires. Les observations de requins résidents connus ainsi que de nouvelles espèces devraient continuer d'augmenter à mesure que le Saint-Laurent se réchauffe en raison des changements climatiques, ce qui rend les conditions environnementales et d'alimentation plus hospitalières sur de plus longues périodes.

¹ Les nombres de requins pèlerins, blancs et maraîches semblent augmenter après avoir atteint des niveaux historiquement bas en raison de la surpêche et des prises accessoires. Ils sont néanmoins loin d'atteindre les tailles de leurs populations d'origine.
Répartition provisoire du requin du Groenland (Somniosus microcephalus) d'après les recherches de l'Observatoire des requins du Saint-Laurent (ORS). Cette carte est régulièrement mise à jour avec des données nouvelles et historiques. La carte n'inclut pas les données des États-Unis, à l'exception du requin du Groenland et des cas limites. Pour soumettre des observations ou des captures supplémentaires, veuillez nous contacter. Cliquez sur les icônes pour les détails des observations. Remarque: La carte fonctionne mieux en mode plein écran.

Éditorial

Dernières publications

Galerie